Catherine Lucas auteur du `` Le cognac en littérature ``

le cognac dans la littérature et les arts.

Au XVIème et XVII siècle : on produisait du vin en abondance qui n’était pas encore cognac !

François de Corlieu, procureur du Roi, premier historien d’Angoumois écrit aux environs de 1556:

« Cette contrée en Engosmois… porte grands quantités de vins excellents, qui par la rivière se transportent dans d’autres parties du monde : la terre y est forte et produit le cep de la vigne de la hauteur d’un homme, et le raisin d’un « espan »  de long en telle abondance qu’il s’est vu quelque fois tel « journeau » de vigne qui a rendu à son maître huit et neuf pipes de vin ».

En 1576 :

« Il y a une contrée en Angoumois, d’une terre trop fertile en blés telle que peut être la Beauce, qu’on appelle champaigne et cette champaigne a cela de plus que la Bauce qu’elle porte grande quantité de vins excellents qui par la rivière se transportent dans les autres parties du monde ».

Enregistrer

Au XIXéme :

On parfait la culture de la vigne et la distillation … Alfred de Vigny (1797-1863) aima beaucoup la Charente et particulièrement le Blanzacais, où il fit de longs séjours au Maine Giraud surveillant son vignoble tout en écrivant notamment « La Maison du Berger »…

Au XXème :

Adhémar Esmein (1848-1913), originaire de Baignes-Sainte-Radegonde. Professeur de droit à la Faculté de Paris, il écrivit des poèmes sur la Charente

le phylloxéra

Une grande épreuve pour les viticulteurs et les négociants : le phylloxéra … Jacques Chardonne (1884-1968), né à Barbezieux, bien que n’ayant écrit aucun poème, transmet à travers ses romans, chroniques, un amour de sa région. Dans les Destinées sentimentales (1935)…

 la renommée du Cognac s’installe

Après un travail constant, la renommée du Cognac s’installe…. Robert Delamain (1879-1949), co-associé avec son frère Jacques de la Maison Delamain de Jarnac, ont été des amoureux de leur région par leurs évocations.

Notre patrimoine cognaçais

Les contemporains continuent à s’émerveiller de notre patrimoine cognaçais et le magnifient… René Tallon (1910-1992), écrivain charentais dans « Monsieur Artaud ou Les prestiges du Négoce » (1982).

angel-1492676_1920

le cognac dans la littérature

Le Cognac et l’Art Pictural. Catherine Lucas

Des personnalités du monde de la peinture, issues du négoce d’eaux-de vie

 

Louis-Augustin AUGUIN, peintre paysagiste ( 1824-1903).

De 1845 à 1850, il se perfectionne sur la technique du paysage. Encouragé par des peintres tels que Courbet et Corot, il s’installe à côté de Saintes où il peint la nature.

Théodore DURET : critique d’art, journaliste et écrivain (1838-1927) Négociant en eaux-de-vie. En 1862 il rencontre Courbet qui séjourne à Saintest. Il se lie avec  Manet et écrit en 1867 « Les peintres français ».  Suite à des voyages en Asie, Duret devient un spécialiste de l’art extrême oriental et publie en 1878 « Les peintres impressionnistes ». Entre 1900 et 1924, Duret publie de nombreuses études, monographies et biographies sur l’art (Manet, Cézanne, Van Gogh, Courbet Toulouse Lautrec et Renoir).

Pierre Barthelemy GAUTIER (1846-1893). (Croquis Saintongeais).

Georges MARESTE (1875-1940).(Croquis Charentais)(Maisons Charentaises 1921).

Olivier FLORNOY (1894-1962) peint des figures du pays du Cognac, l’atmosphère mystérieuse des chais.

 

Les arts. Catherine Lucas

Les créateurs d’affiches et publicitaires

Cappiello (1875-1942)

Créateur d’affiches pour Gautier d’Aigre mais Otard, Albert Robin, Jules Robin, Delamain, Boutelleau, Monnet.

Paul Iribe (1883-1935) Caricaturiste et créateur d’affiches

Jean D’Ylen (1886-1938) illustrateur, affichiste

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
le-cognac-et-architecture-2

Catherine Lucas

Le Cognac et l’Architecture

En Grande Champagne, le cognac a modelé les demeures opulentes à l’ image parfois aristocratique avec leur cour entourée de hauts murs. A l’abri des regards jaloux s’élabore le précieux Cognac. La même pierre dont le temps dore la blancheur, tendre à la lumière et aux ciseaux du sculpteur, se retrouve dans les logis, les maisons paysannes, les porches, les chais. Les charentais construisent dans la durée et avec la luminosité et le vent les bâtiments s’embellissent. La réussite méritée du producteur de cognac s’affiche par le décor du portail ou par l’entourage de la porte d’entrée ou la construction d’une margelle de puits. D’une sobriété toute classique lorsque le proche a été construit au 18ème, il se pare au 19ème d’un riche décor. Lorsque s’ouvrent les vantaux c’est le spectacle d’une cour carrée, cernée par les chais, agrémentée de «ponnes » fleuries en terre cuite, de timbres de pierre où le bétail venait s’abreuver ou d’un puits coiffé d’une potence de fer, d’un dôme de pierre ou de colonnes…

Les arts. Catherine Lucas

Le Cognac et le mobilier

Le Cognac a apporté la richesse à l’intérieur des foyers par des décors sculptés ou de marqueterie très raffinés par rapport à d’autres régions agricoles. Des faïences fabriquées souvent à Marans ou La Rochelle sont venues garnir les vaisseliers…

le-cognac-et-architecture
82273832 - dinner table concept. man is eating grilled steak at wooden table

La confrérie du Cognac

Le Cognac et la gastronomie

Maurice Edmond Sailland (1872-1956) dit CURNONSKY et Marcel ROUFF (1877-1936), deux écrivains gastronomes en visite dans les chais de Cognac :
 » Nous circulions pleins de respect et de vénération au milieu de ces barriques de chêne antique dans lesquelles dort un des sublimes produits de la terre. Nous goûtions… nous goûtions à tous les petits verres qu’un vieux dégustateur professionnel emplissait à notre intention bénissant Dieu de ne pas nous avoir fait naître américains… »(M.Rouff). Curnonsky apprécie le cognac et ajoute « les eaux de vie deviennent de plus en plus parfaites à mesure qu’on avance vers Cognac ».

Les arts. Catherine Lucas

Le Cognac et l’habit : les coiffes des femmes

cognac-et-coiffe-des-femmes-1